Voisins vigilants: ça cartonne!

 

Le phénomène des partenariats locaux de prévention est en plein boom dans notre pays : plus 146 % en 5 ans.

En 2015, notre pays recense pas moins de 766 partenariats locaux de prévention, les PLP. C’est 13 % en plus que l’an dernier, selon une analyse du SNI (Syndicat national des Indépendants), basée sur les chiffres des Affaires intérieures.

En comparaison avec 2010, le nombre de PLP, ou réseaux de voisins vigilants, a même augmenté de 146 %. L’augmentation est encore plus frappante récemment en Wallonie : le nombre de PLP est passé de 59 à 98 entre 2014 et 2015, soit une augmentation de 66 % en un an.

Les PLP représentent une partie de la politique de sécurité dans notre pays mais, en fin de compte, c’est la police et la justice qui doivent réprimer la criminalité. « Puisque les PLP suivent leurs propres méthodes, nous plaidons pour la création d’un Centre de compétences fédéral qui ne soit pas dirigé par des bénévoles et que les best practices appliquées au sein des 766 PLP soient rassemblées et partagées afin que les autres PLP puissent les apprendre », plaide la présidente du SNI, Christine Mattheeuws.

L’uniformisation des méthodes et du fonctionnement montre des résultats bien plus efficaces, comme c’est le cas dans la province d’Anvers (lire ci-dessous).

Via un réseau de voisins vigilants, les citoyens et indépendants s’informent mutuellement et ils avertissent la police si un fait suspect est constaté.

Les PLP ont vingt ans dans notre pays. Ils ont démarré dans la province de Flandre occidentale, qui s’est inspiré des Neighbourhood watch anglais. La présidente du SNI, Christine Mattheeuws milite pour ce type de prérogatives : « Les PLP augmentent le sentiment de sécurité des citoyens et des commerçants, et c’est une très bonne chose. Ils sont devenus une partie de la politique de sécurité dans notre pays, mais cela ne signifie pas pour autant que la police et la justice sont devenues moins importantes. Les PLP travaillent surtout de manière complémentaire et préventive, tandis que la capture et la sanction des criminels restent des tâches importantes de la police et de la justice. »

Car il ne s’agit pas de milices de quartier qui vadrouillent à la recherche de voleurs, mais bien de la mise en place d’un réseau d’alerte et d’échange d’informations entre la police et les membres des PLP.

Source : dhnet.be

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s